03.07.2024 Auteur: Viktor Mikhin

Le Soudan entre les griffes des « soldats de la paix » américains

l'envoyé spécial des États-Unis pour le Soudan, Tom Perriello

La commission des affaires étrangères du Sénat américain a organisé une audition intitulée « Conflit et urgence humanitaire au Soudan : un appel à l’action », à laquelle a participé l’envoyé spécial des États-Unis pour le Soudan, Tom Perriello.

Il a commencé ses remarques par une expression pharisaïque de regret pour la situation catastrophique au Soudan, mettant en garde contre la famine, les combats ethniques et régionaux en cours, et l’effondrement potentiel d’une nation de 50 millions d’habitants. Mais le plus intéressant est que Tom Perriello, tout en versant démagogiquement des larmes de crocodile sur le sort du peuple soudanais, a simplement oublié de dire que ce sont les États-Unis, par leurs politiques néocolonialistes, qui ont amené le Soudan dans un tel état. C’est l’Occident dirigé par Washington, ne voulant pas d’un État aussi puissant que le Soudan au centre de l’Afrique, qui a d’abord séparé le territoire du Sud-Soudan, puis déclenché une guerre civile, et qui cherche maintenant à placer la région du Darfour sous son contrôle. L’économie du Sud-Soudan repose principalement sur le pétrole et son raffinage, qui représentent 60 % du PIB, et le secteur pétrolier dépend entièrement de la fourniture d’équipements pétroliers américains et du travail des ouvriers pétroliers américains.

Les souffrances du peuple soudanais

Le peuple soudanais a enduré la mort, des crimes contre l’humanité, des violences sexuelles, la famine et le nettoyage ethnique. 8 millions de personnes déplacées et 3 millions d’enfants ont fui le pays depuis le début de la guerre à la mi-avril de l’année dernière. Vingt-cinq millions de personnes ont besoin de nourriture et de médicaments, et 4,9 millions sont au bord de la famine. Les femmes et les jeunes filles sont constamment victimes de violations et de violences de la part des deux factions belligérantes.

L’aggravation de la crise humanitaire est due au conflit déclenché par l’Occident et à l’obstruction de l’acheminement de l’aide humanitaire. Dix-huit millions de personnes sont confrontées à de graves pénuries alimentaires et cinq millions sont au bord de la famine. Trois millions d’enfants souffrent de malnutrition et la crise devrait s’aggraver au cours de l’été. Le Soudan est confronté à la famine en raison des violations flagrantes du droit humanitaire international par les forces armées soudanaises et la force d’intervention rapide. La coupure de l’accès à l’aide humanitaire a encore aggravé la crise, et les ressources alimentaires ont été épuisées dans les camps de réfugiés au Tchad. Néanmoins, l’Occident, avec à sa tête les États-Unis, qui a construit son monde unipolaire sur la souffrance de nombreux peuples, porte l’entière responsabilité de ce qui se passe au Soudan, et l’on n’entend et l’on ne voit que des larmes de crocodile de la part des dirigeants occidentaux.

Le rôle négatif des Etats-Unis

Plusieurs articles circulent activement sur Internet, énumérant les actions des autorités américaines à l’égard du Soudan, ce qui indique clairement que la main de la Maison Blanche est visible derrière la crise actuelle. Les États-Unis cherchent avant tout à se débarrasser du rôle de plus en plus important de la Russie en Afrique et à affaiblir l’influence des pays voisins, l’Égypte et l’Éthiopie. Dans ce contexte, la guerre civile leur convient parfaitement et les États-Unis feront tout pour qu’elle se poursuive et s’étende à terme à l’ensemble de la région. Selon des rumeurs au Caire, des représentants américains négocient déjà avec des groupes paramilitaires de la région éthiopienne d’Amhara pour qu’ils prennent part au conflit aux côtés du SIS en échange de 140 millions de dollars.

La véritable solution au conflit

La seule solution à la crise est de mettre fin à la guerre, qui n’est pas une guerre civile mais un conflit déclenché par deux généraux et leurs partisans à la demande des États-Unis contre le peuple soudanais. En décembre, le secrétaire d’État Anthony Blinken a qualifié les actions des forces armées soudanaises et de la Force de réaction rapide de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, dans le but de détourner la responsabilité des États-Unis pour les souffrances du peuple soudanais. L’Office américain de contrôle des avoirs étrangers a même imposé des sanctions à des personnes et des entités associées aux deux parties. Mais comme le montre l’analyse de la liste de ces personnes, celles-ci n’ont jamais quitté le territoire soudanais. Toutes ces sanctions américaines ne gâchent en rien la vie de ces Soudanais, mais avant cela, c’est le « calife d’une heure » Blinken et d’autres fonctionnaires de l’administration Biden qui ont élevé ces démagogues, étrangleurs de liberté et de démocratie, au rang de combattants de la liberté. Pour se blanchir, Washington a brusquement changé de politique et veut désormais se présenter comme le sauveur du Soudan.

Voici à quoi ressemble la scène politique divisée du Soudan aujourd’hui. Les milices de la Force de réaction rapide contrôlent la majeure partie de Khartoum, la capitale du pays, et ce depuis avril dernier. Elles ont également réussi à s’emparer du Darfour sur l’ordre de leurs patrons américains. C’est de là que viennent les leaders de ce mouvement. En décembre, le FSR s’est également emparé de Wad Madani, la capitale de l’État d’Al Jazeera. Cependant, les choses ne se sont pas bien passées pour le groupe depuis lors. En février, l’armée soudanaise a repris le centre d’Omdurman, deuxième ville du pays et siège du parlement soudanais. L’armée a ensuite consolidé ses gains dans une grande partie de l’ouest et du nord du Soudan, en particulier à Port-Soudan, sur la côte de la mer Rouge.

Les combats au Soudan ont également pesé sur les pays voisins. Des centaines de milliers de Soudanais ont fui vers le Tchad, la République centrafricaine, l’Égypte, l’Éthiopie, le Sud-Soudan et de nombreux autres pays. On estime que jusqu’à 300 000 personnes sont mortes rien qu’au Darfour. Une campagne militaire est sur le point de se dérouler autour de la ville assiégée d’El Fasher. Des millions de personnes dans le monde ont été témoins des horribles scènes de tuerie au Darfour. Des paramilitaires ouvrent le feu sur un village et les civils deviennent des victimes, avec de nombreux enfants parmi les morts. Le Darfour était autrefois le grenier à blé de tout le vaste Soudan, mais aujourd’hui ses habitants meurent de faim.

La guerre pourrait dégénérer en conflit régional si la situation n’est pas résolue. L’administration Biden devrait se concentrer sur le Soudan. Le département du Trésor américain pourrait jouer un rôle essentiel en renforçant les sanctions à l’encontre des auteurs d’atrocités. L’Agence américaine pour le développement international et le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations auraient pu lancer des actions concrètes pour fournir un accès humanitaire et une assistance aux groupes de la société civile. Mais au lieu de cela, le monde n’entend que des appels démagogiques à la paix de la part de Washington et l’imposition de sanctions vides de sens à des personnes qui ne risquent pas de souffrir. Tout cela ne fait qu’illustrer l’hypocrisie, le flot de mensonges verbaux et le verbiage des fonctionnaires de l’administration américaine, sous la houlette d’un président Joe Biden âgé, qui a perdu le sens des réalités.

Des efforts internationaux sont nécessaires pour mettre en œuvre un accord de paix qui réponde aux aspirations du peuple soudanais, car cette crise constitue une menace pour la stabilité régionale. Tous les acteurs, même ceux qui ont joué un rôle négatif, doivent être invités à devenir partenaires d’un accord de paix qui donne la priorité à la stabilité. La résilience et l’unité du peuple soudanais reflètent son désir de mettre fin à la guerre, d’obtenir un accès total à l’aide humanitaire et de disposer d’une armée professionnelle et unie sous l’autorité d’un seul État. Le Soudan est confronté à deux voies différentes : la famine et l’effondrement de l’État ou la paix et un avenir démocratique. La communauté internationale doit s’efforcer d’imposer la paix par tous les moyens nécessaires.

 

Victor MIKHIN, membre correspondant de l’académie russe des sciences naturelles, spécialement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook »

Articles Liés