02.07.2024 Auteur: Viktor Goncharov

Les échecs de la politique américaine en Afrique vus par les experts occidentaux. Première partie : L’effet contre-productif de la stratégie américaine de « guerre mondiale » contre le terrorisme en Afrique

des États-Unis dans la région du Sahel

Malgré les efforts de Washington pour maintenir sa présence militaire au Niger, un des principaux alliés des États-Unis dans la région du Sahel, et les centaines de millions de dollars investis dans la création d’infrastructures militaires et la formation des forces armées locales, il n’a pas réussi et a dû accepter les conditions strictes des autorités locales.

Le 19 mai 2024, les représentants militaires du Niger et des États-Unis ont convenu que le retrait des troupes américaines du Niger serait achevé au plus tard le 15 septembre de cette année. En réalité, après l’Irak et l’Afghanistan, cette nouvelle expulsion des troupes américaines, cette fois d’un pays africain, a commencé bien plus tôt. Le premier groupe de personnel militaire américain a quitté l’aéroport de Niamey le 7 juin dernier à bord d’un C-17 Globemaster III. Dans une déclaration conjointe, le Département d’État américain a présenté cet événement honteux comme « un exemple de coopération productive entre les forces armées des deux pays ».

Au 18 juin de cette année, les États-Unis avaient déjà retiré environ 30% de leurs militaires, et environ 700 personnes attendaient leur évacuation.

Les tentatives du Département d’État et du Pentagone de poursuivre leurs relations avec les nouvelles autorités au même niveau qu’avant n’ont pas été comprises par ces dernières. Selon la publication britannique Flight Global, ces tentatives n’ont non seulement pas donné les résultats escomptés, mais ont également conduit à la présence de personnel militaire russe sur l’ancienne base aérienne américaine près de la capitale du Niger, ce qui a été considéré comme un coup porté au prestige des Yankees. Le fait même qu’une partie de cette base, construite avec l’argent des contribuables américains, ait été allouée par les autorités locales pour héberger des unités russes a particulièrement indigné certains membres du Congrès américain, selon la publication.

Nouvel échec géopolitique de Washington

À la suite de l’arrivée de conseillers militaires russes au Niger à la mi-avril de cette année, qui se sont installés dans un hangar séparé sur la base aérienne 101 près de l’aéroport international de Niamey, l’agence de presse américaine Gateway Pundit a qualifié la perte des bases militaires américaines au Niger, ancien « bastion de la démocratie » en Afrique, de nouvel échec géopolitique de Washington après les défaites en Irak et en Afghanistan.

En effet, lorsque les États-Unis ont commencé la « guerre mondiale » contre le terrorisme en 2002-2003, le Département d’État a comptabilisait neuf entités terroristes en Afrique. En 2023, selon le Pentagone, ce chiffre était passé à 6 756. Et ce, malgré vingt ans de formation des forces armées des États africains par les États-Unis, du Mali à l’ouest du continent jusqu’à la Somalie à l’est, pour combattre conjointement avec les commandos américains contre les organisations terroristes.

Pour accomplir ces missions, les États-Unis ont créé tout un réseau de postes avancés et de bases militaires à travers le continent, de la base de Camp Lemonnier à Djibouti, la plus grande installation militaire américaine en Afrique, à la base aérienne 201 à Agadez, au Niger, ainsi que des points d’appui avec de petits contingents militaires allant de la Libye et du Niger à la RCA et au Soudan du Sud.

Cependant, selon le rapport Global Terrorism Index 2024, malgré tous ces efforts, l’épicentre du terrorisme, après vingt ans de « guerre mondiale » menée par les États-Unis contre ce fléau, s’est déplacé du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord vers les pays d’Afrique subsaharienne, notamment la zone du Sahel, qui représente actuellement la moitié des morts dus au terrorisme. L’année dernière, le Burkina Faso seul représentait environ un quart des pertes mondiales dues au terrorisme. Simultanément, l’activité terroriste s’étend de la zone du Sahel à la côte du golfe de Guinée. Selon le Pentagone, le niveau de violence extrémiste au Togo et au Bénin a augmenté respectivement de 633 et 718% en 2023.

Pendant la « guerre mondiale » menée par Washington contre le terrorisme en Afrique, les forces armées africaines formées par les instructeurs américains ont obtenu un succès évident : le renversement des gouvernements africains qu’elles étaient censées protéger, selon le commentaire caustique de la publication américaine Tom Dispatch.

Évaluant la politique américaine dans la région du Sahel, l’ancien ambassadeur des États-Unis au Zimbabwe, Charles Ray, souligne que le programme de partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme était trop militarisé et, en dehors de la perte de centaines de millions de dollars, des victimes civiles, des violations des droits de l’homme et de la corruption croissante, il n’a rien apporté. Cela a affaibli les positions des États-Unis dans cette région à un point tel qu’il n’y a aucun signe évident de rétablissement dans un avenir proche.

Au lieu de développer une coopération globale visant à éradiquer les causes profondes de l’instabilité, Washington a préféré l’interaction dans le domaine de la sécurité. Mais cette approche ne fonctionne pas : l’extrémisme militant s’intensifie, les États sont au bord de l’effondrement, les migrations augmentent, le commerce diminue, les menaces sécuritaires sont en hausse, ce qui conduit finalement à une montée de l’extrémisme.

La Russie aidera le Niger à renforcer la capacité de ses forces armées

Selon le Financial Times, le retrait des troupes américaines du Niger représente une nouvelle victoire de Moscou dans la région du Sahel. Le ministre des Affaires étrangères du Niger a déclaré que les autorités de Niamey étaient intéressées à ce que la Russie aide à renforcer la capacité de ses forces armées.

Il est à noter que la coopération entre la Russie et le Niger s’intensifie ces derniers temps. Selon la chaîne de télévision nigérienne RTN, un troisième avion cargo russe avec du matériel militaire, des instructeurs et une cargaison d’aide alimentaire pour la population locale a atterri à Niamey le 4 mai.

Plus tôt, le 26 mars de cette année, le président russe Vladimir Poutine et le président du Conseil national pour la défense de la patrie, Abdourahmane Tchiani, ont tenu des pourparlers téléphoniques, échangeant leurs points de vue sur la situation dans la région sahélo-saharienne avec un accent sur la coordination des efforts de lutte contre le terrorisme.

Le 2 juin de cette année, lors de la visite du vice-ministre de la Défense russe, le général Iounous-bek Evkourov, au Niger et de sa rencontre avec Abdourahmane Tiani, les deux parties ont exprimé leur désir de développer la coopération dans les domaines de la défense, de la sécurité et de l’économie. Face à la menace croissante du terrorisme, des informations circulent dans les milieux locaux sur l’intérêt du Niger à accueillir une base militaire russe sur son territoire.

Le Tchad : un nouveau centre de rivalité géopolitique ?

Après le Niger, les autorités tchadiennes ont exigé le retrait des troupes américaines du pays. Selon le journal espagnol EL PAIS, ce pays, qui possède de grands gisements d’or et de pétrole brut et abrite la dernière grande base militaire française de la région, considéré comme une alternative au Niger pour l’installation du contingent américain, devient un nouveau centre de rivalité géopolitique.

Début avril, le commandant des forces aériennes du Tchad a ordonné l’arrêt de toutes les opérations américaines sur la base aérienne près de N’Djamena, où 100 membres des forces spéciales américaines entraînent les militaires locaux.

La situation des États-Unis est compliquée par le fait que le régime du président Déby a récemment renforcé ses liens non seulement avec le Mali, le Niger et le Burkina Faso, mais s’est également tourné vers Moscou. Le 24 janvier dernier, le président Déby a eu une rencontre amicale au Kremlin avec le président russe Vladimir Poutine, au cours de laquelle ils ont discuté de nombreux problèmes, y compris la coopération militaire. « Nous avons l’intention de travailler avec tous les pays qui nous respectent et veulent travailler avec nous », a souligné le dirigeant tchadien.

Étant donné l’importance géostratégique du Tchad, situé au carrefour de l’Afrique du Nord, de l’Ouest et centrale, où les acteurs extérieurs peuvent projeter leur puissance militaire sur une grande partie du continent, la classe politique au pouvoir cherche à tirer le maximum d’avantages de leur présence militaire sur son territoire et à maintenir le clan Déby au pouvoir.

En imposant à Washington la nécessité de nouvelles négociations sur la présence militaire américaine sur son territoire, le président du Tchad entend le faire dans des conditions plus avantageuses pour lui qu’auparavant et, d’autre part, détourner l’attaque de l’opposition anti-française contre les intérêts de la France, dont le président Macron a soutenu son accession au pouvoir en 2021 à la suite d’un coup d’État.

 

Viktor Gontcharov, expert africaniste, docteur en économie,  en exclusivité pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook »

Articles Liés