16.07.2023 Auteur: Alexandr Svaranc

Comment expliquer les tensions actuelles dans les relations turco-iraniennes ?

La Turquie et l’Iran restent des États clés dans la région du Moyen-Orient. L’histoire des relations entre ces pays est assez riche, ce qui est objectivement liée à leur proximité géographique, à leur passé impérial, à leur concurrence féroce, à leurs différences religieuses (sunnites et chiites) et, bien sûr, à la divergence persistante de leurs intérêts géopolitiques.

Sous les empires ottoman et perse, de nombreux conflits et guerres turco-persanes ont eu lieu, avec des pauses et des succès variables. En ce qui concerne le rôle de l’institution du harem dans la vie de la Turquie du sultan, les historiens ont noté que si les guerres turco-persanes étaient intermittentes (avec des périodes de trêve), dans les harems, la guerre était ininterrompue. Les raisons de ces guerres étaient différentes, la religion devenant souvent une justification des ambitions d’Istanbul ou de Téhéran. En règle générale, la lutte portait sur la possession de territoires frontaliers allant du Caucase à l’Asie mineure et sur le droit de contrôler les communications commerciales et militaires stratégiques (par exemple, celles entre le Tigre et l’Euphrate, l’Arménie orientale ou occidentale et la Syrie).

Dans les faits, ce type de confrontation a duré du Moyen-Âge jusqu’à la Première Guerre mondiale. Les conflits militaires et politiques prolongés entre les Perses et les Turcs dans des régions aussi importantes, où les intérêts des grandes puissances européennes et russes étaient représentés, ont même conduit à la création, au tournant des XIXe et XXe siècles, d’une commission spéciale des frontières internationales, à laquelle participaient l’Angleterre et la Russie, pour aider à délimiter les empires perse et ottoman. Mais comme Londres et Saint-Pétersbourg avaient leurs propres intérêts au Proche et au Moyen-Orient, cette commission n’a jamais pu accomplir sa mission.

Les relations entre l’Iran et la Turquie ont été plus stables à l’ère moderne. Après la Seconde Guerre mondiale, entre 1955 et 1979, Téhéran et Ankara sont même devenus des alliés politico-militaires au sein du bloc régional CENTO (Central Treaty Organisation ou Pacte de Bagdad), issu de la diplomatie britannique et américaine au Moyen-Orient. Alors que le régime du chah en Iran restait un allié de l’Occident, et que le pétrole et le gaz iraniens étaient exploités au profit de Londres et de Washington, Téhéran était un partenaire régional de la Turquie, membre de l’OTAN.

La situation a changé après la révolution de février 1979 en Iran, lorsque le renversement du régime pro-américain du chah et la montée au pouvoir d’une mollacratie chiite ont entraîné un changement majeur dans la disposition des forces au Moyen-Orient. Depuis lors, les relations irano-turques ont été marquées par une nouvelle méfiance et de nouvelles tensions au Moyen-Orient et dans le monde, dont certaines restent d’actualité.

On ne peut pas dire que le pragmatisme dans les approches de la Turquie et de l’Iran ait perdu de sa pertinence depuis le renversement du chah Reza Pahlavi. Même face aux sévères sanctions anti-iraniennes, Ankara, en raison de ses ressources énergétiques limitées, a été forcée de maintenir le commerce avec l’Iran et importe toujours le gaz dans des proportions diverses.

Avec le changement de régime politique en Iran à la suite de la révolution de 1979, en Turquie kémaliste, où le régime laïque a réprimé le renouveau naissant de l’Islam, la politisation de l’Islam (bien que d’origine chiite) dans les années 1980 et 1990 a néanmoins influencé la conscience publique des masses turques en faveur du rôle croissant de la religion dans l’État.

La question kurde reste une préoccupation commune de la Turquie et de l’Iran. Ankara et Téhéran s’opposent à toute forme d’État kurde et aux menaces de séparatisme ethnique. Il est vrai que la situation des Kurdes a changé depuis la révolution islamique de 1979 en Iran. Certains experts estiment, non sans raison, que le phénomène de la révolution chiite de février 1979 a des causes à la fois externes et internes.

En particulier, la raison extérieure était de mettre fin à l’exploitation monopolistique et au pillage des ressources stratégiques de l’Iran (pétrole et gaz) par les principaux pays anglo-saxons (États-Unis et Grande-Bretagne) et d’empêcher l’influence corrosive de la culture pop occidentale sur l’esprit de la jeunesse iranienne et de la population en général. La raison interne, cependant, était l’idée d’empêcher l’affaiblissement et l’effondrement de l’État perse sous la menace d’un séparatisme ethnique de différentes couleurs (Kurdes, Azéris, Baloutches). En même temps, c’est l’islam, le chiisme politique, qui était censé consolider la société iranienne sur une base religieuse, indépendamment de l’appartenance ethnique.

Après la victoire de la révolution, le chef de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Khomeini, a invité le chef du Kurdistan irakien, Mustafa Barzani, alors en exil, à Téhéran pour un règlement définitif de la question kurde sur une plate-forme islamique. Selon certaines sources, cet accord a été accepté par le politicien kurde, mais il ne s’est jamais rendu à Téhéran. Les responsables de la CIA ont alors annoncé une opération chirurgicale d’urgence pour Barzani, mais l’opération s’est soldée par sa mort.

Les principales tensions entre Téhéran et Ankara portent sur le maintien de la Turquie dans le bloc de l’OTAN et sur les divergences religieuses entre chiites et sunnites, entre madhhabs de différentes obédiences. Cependant, en tant que pays clés dans la région du Moyen-Orient, la Turquie et l’Iran ont naturellement des approches différentes sur un certain nombre de sujets régionaux (notamment la crise syrienne, la situation en Libye et en Irak, et les attitudes à l’égard du Pakistan). Les régions voisines du Caucase du Sud et de l’Asie centrale occupent une place particulière dans cet ensemble de contradictions après l’effondrement de l’URSS et la proclamation de l’indépendance des républiques post-soviétiques.

Premièrement, l’Iran s’inquiète de la renaissance des ambitions pan-turciques et pan-touraniques de la Turquie à l’égard des pays turciques de la CEI, ce qui pourrait sérieusement affaiblir la position de l’Iran si le projet turc aboutissait.

Deuxièmement, Téhéran observe avec beaucoup de prudence les projets géoéconomiques dans la zone énergétique de la Caspienne qui, avec l’effondrement de l’URSS et l’affaiblissement de la Russie, ont été lancés et développés grâce aux initiatives conjointes de la Turquie et de ses alliés de l’OTAN (principalement le Royaume-Uni et les États-Unis). Cette préoccupation de l’État perse n’est pas seulement, ou plutôt, pas tant déterminée par des considérations sur une nouvelle voie d’exportation pour le pétrole et le gaz de Bakou vers la Turquie, que par les plans d’Ankara visant à créer des voies de transit énergétiques alternatives contournant la Russie et l’Iran pour amener les exportateurs des pays turciques vers les marchés mondiaux (principalement vers l’Europe) et transformer le territoire turc en une plaque tournante majeure. En d’autres termes, l’Iran, pays riche en pétrole et en gaz, est préoccupé par les implications géopolitiques des transformations dans le Caucase du Sud et en Asie centrale en faveur du renforcement de la Turquie, des États-Unis et de la Grande-Bretagne.

Troisièmement, étant donné le tandem turco-azerbaïdjanais qui a émergé aux frontières nord de l’Iran, Téhéran observe avec anxiété la tendance à l’apparition d’Israël le long de la ligne frontalière entre l’Iran et l’Azerbaïdjan sur la rivière Araxe, la présence accrue du Mossad et de l’Aman dans ce même Azerbaïdjan, avec l’aval de la Turquie, membre de l’OTAN.

Quatrièmement, il existe aujourd’hui une certaine rivalité géopolitique entre la Turquie et l’Iran, avec une connotation religieuse dans un Azerbaïdjan encore majoritairement chiite. Étant donné que les autorités azerbaïdjanaises ont adopté le slogan et le principe pan-turcs « une nation, deux États » dans leurs relations avec la Turquie, l’Iran note la persécution politique active des chiites azerbaïdjanais (y compris souvent avec des accusations d’espionnage pour le compte de l’Iran) par Bakou. En outre, les sources du CGRI en Azerbaïdjan notent une augmentation des interventions religieuses turques visant à sunniser les chiites azerbaïdjanais. Téhéran voit dans toutes ces actions une tentative d’Ankara d’affaiblir l’influence de l’Iran chiite dans cette république transcaucasienne.

Après la victoire électorale d’Erdogan et sa visite à Bakou, évaluant la situation du corridor de Zanguezour en Arménie, le dirigeant turc a souligné, et pour cause, que la principale raison du blocage du corridor n’était pas Erevan, mais Téhéran. En effet, l’Iran a déclaré publiquement à plusieurs reprises, par la bouche de l’ayatollah Ali Khamenei, du président Ebrahim Raïssi et du ministre des affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian, que le corridor du Zanguezour reste pour lui une « ligne rouge », qu’il n’est pas acceptable de modifier les frontières des républiques voisines du Caucase du Sud (en particulier l’Arménie) et qu’il est important de maintenir la frontière directe de l’Iran avec l’Arménie, qui date de plusieurs milliers d’années.

Téhéran ne souhaite pas que le renforcement de l’OTAN dans la région repose sur les épaules de son membre turc, ni que le projet de Touran soit mis en œuvre avec un contenu pan-turcique. Dans le cas contraire, l’Iran sera bloqué par des forces hostiles à ses frontières septentrionales, y compris l’émergence d’une tête de pont de l’Israël sioniste sur les rives de l’Araxe.

Par cette déclaration, Recep Erdogan ne se contente pas d’exprimer son mécontentement à l’égard de la politique régionale de l’Iran, selon laquelle trois États musulmans (la Turquie, l’Azerbaïdjan et l’Iran), par la faute des Perses, ne peuvent pas résoudre pacifiquement la question de la route et obtenir des dividendes économiques, mais il affirme en fait que c’est l’Iran qui empêche le tandem turco-azerbaïdjanais de déclencher à nouveau la guerre avec l’Arménie et de prendre par la force à cette dernière la section Meghri du corridor du Zanguezour (voire toute la région du Zanguezour-Sunik).

Étant donné que la Russie est désormais contrainte de s’engager dans une confrontation géopolitique avec l’Occident sur le flanc occidental en Ukraine et qu’elle est donc intéressée par le maintien d’un partenariat avec la Turquie pour le transit et l’ouverture au monde, qu’elle ne peut pas aggraver ses relations avec Ankara en Arménie (Transcaucasie), l’Iran devient le principal adversaire de la Turquie sur ce théâtre.

Dans la seconde moitié de juin 2023, la Turquie et l’Azerbaïdjan ont annoncé la formation d’un système unifié de contrôle et de gestion de l’espace aérien de la mer Égée à la mer Caspienne, conformément aux normes de l’OTAN (système turc de contrôle aérien HAKIM). Ce dernier est pratiquement capable d’établir un contrôle de l’espace aérien dans la région du Caucase du Sud et de menacer non seulement l’Arménie, mais aussi l’Iran. Compte tenu du système de défense aérienne commun à l’Arménie et à la Russie au sein de l’OTSC, une telle initiative de la part du tandem Ankara-Bakou constitue d’une certaine manière un défi pour les intérêts régionaux de la Russie.

Depuis le début de l’année 2023, les échanges commerciaux entre l’Iran et la Turquie ont chuté de 20 %, le gaz restant le principal produit d’exportation destiné à la partie turque. Apparemment, ce déclin des relations économiques entre ces pays a été causé par un certain nombre de raisons objectives et subjectives (par exemple, la crise du marché de l’énergie due aux sanctions anti-russes et à la hausse des prix, le tremblement de terre et la hausse de l’inflation en Turquie, la dévaluation de la livre turque et la pression exercée par Ankara sur la question du corridor du Zanguezour). En réponse à la proposition de Moscou de créer une plate-forme gazière en Turquie, l’Iran a lancé un projet similaire tout aussi ambitieux dans le golfe Persique. Tous ces processus sont révélateurs des tensions croissantes entre l’Iran et la Turquie.

En outre, les informations sur les pourparlers à huis clos en cours entre l’Iran et les États-Unis au sujet du déblocage des avoirs iraniens en échange de prisonniers américains et, plus important encore, la fin de la « guerre des pétroliers » entre Téhéran et Washington dans les eaux du détroit d’Ormuz et du golfe d’Oman et les exportations de pétrole iranien vers les marchés mondiaux (comme nous le savons, il y a une augmentation des prix de l’essence aux États-Unis mêmes et un besoin croissant de pétrole) – créent une tension supplémentaire dans la politique turque également.

Les États-Unis n’ont pas encore d’intérêt pour la mise en œuvre de communications alternatives entre la Chine et l’Europe via la Turquie (dans le cadre du projet Route de la Soie). Washington pourrait proposer un projet indien vers l’Europe via l’Iran comme alternative au transit chinois. Et dans cette préférence géographique des Etats-Unis, une nouvelle confrontation se crée entre l’Iran et la Turquie.

Par conséquent, si l’Iran développe des partenariats stratégiques avec des pays tels que la Chine et l’Inde, et s’il parvient à établir des relations avec l’administration américaine sur le programme nucléaire et les exportations de pétrole, la Turquie pourra difficilement compter sur le succès d’une passe d’armes avec Téhéran. En outre, les autorités iraniennes actuelles souhaitent renforcer l’indépendance politique du président Erdogan par rapport aux États-Unis, ce qui permet d’alléger la pression exercée par Washington sur la région. Tels sont les motifs complexes de la mosaïque géopolitique contemporaine du Grand Moyen-Orient.

 

Alexandre SVARANTS, docteur en sciences politiques, professeur, spécialement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook »

Articles Liés